Fermeture du site des antennes de Marnach (GdL)3 min de lecture

Fermeture du site des antennes de Marnach (GdL)3  min de lecture

Le Luxembourg a confirmé la fermeture des émetteurs radio qui se situent sur la commune de Marnach. Le switch off est prévu pour le 31 décembre 2015, puis sera démantelé le 11 février 2016, l’État luxembourgeois se portera acquéreur en 2016 des terrains du site “aux prix du marché”.

Cette fermeture fait suite aux plaintes des riverains qui s’inquiétaient depuis des années des éventuelles nuisances dues aux ondes électromagnétiques.

marnach

Le site de Marnach

L’émetteur de Marnach, situé sur un plateau (540 m) à proximité du village de Marnach (commune de Munshausen), au nord du Luxembourg, est d’un point de vue chronologique le deuxième site d’émission (radio) de Radio Luxembourg (devenue RTL). Il assurait la diffusion en ondes moyennes, à partir du milieu des années 1950.

Auparavant, ce type d’émission se faisait depuis Junglinster, le site historique, au nord-est de la capitale et datant des années 1930. L’émetteur de Marnach, directif, transmettait un programme musical en anglais RTL208, aujourd’hui disparut dans sa forme initiale, et qui connaissait une énorme popularité en Grande-Bretagne, notamment dans les années 60 et 70.

marnach
DJ à Radio RTL 208

Ceci vaut à cet émetteur un intérêt particulier de la part de nombreux passionnés (plusieurs sites internet sont consacrés à la nostalgie de cette époque). Le site transmet également un autre programme à succès, en allemand (depuis la fin des années 1950 et encore à ce jour), durant la journée, diffusé par ailleurs en modulation de fréquence.

Le site de Marnach comprenait un ensemble de 3 pylônes (dont deux réflecteurs passifs) de 105 mètres (soit environ une demi-longueur d’onde), disposés en triangle (mâts haubanés) et utilisés principalement en journée. La puissance de l’émetteur Telefunken atteint jusqu’à 1 200 kW, puissance peu répandue en Europe occidentale pour un émetteur ondes moyennes.

Vous aimeriez peut-être aussi  Les trappes coaxiales

À l’est de ce terrain, se situe, depuis le début des années 1970, un site secondaire, utilisé la nuit à destination de la Grande-Bretagne et comptant une antenne de 60 mètres de hauteur, complétée par la suite par un pylône réflecteur de 65 mètres.

marnach
Sur la gauche le pylône actif et sur la droite le pylône passif.

Le site de Hosingen

L’antenne de Marnach (mât de 220 mètres) s’effondre accidentellement en 1969. L’activité est transférée à Hosingen, à quelques km de Marnach sur la commune limitrophe, au début des années 1970.

marnach
Le pylône FM situé à Hosingen diffusant le programme RTL Radio Lëtzebuerg sur 92,5 MHz avec 50 kW PAR et RTL Oldie Sender sur 97 MHz avec 100 kW

Gérés par RTL, ils étaient encore utilisés pour la diffusion de programmes en ondes courtes (Radio Chine Internationale, KBS World Radio et Corée du Sud) mais aussi pour des programmes en DAB+ et en DRM.

Le site de Junglinster

En plus des ondes moyennes, Marnach est un site d’émission FM durant les années 1960, mode de transmission inauguré également à Junglinster, à la fin des années 1950.
Les antennes ondes longues visibles aujourd’hui datent de 1954 à 1959. Elles se composent de trois tours en treillis d’acier, avec base triangulaire à trois pieds, la partie la plus élevée étant circulaire et surmontée d’un treillage métallique. Ces tours forment un dispositif d’antenne directionnelle ; la hauteur des pylônes est de 250 mètres jusqu’au début des années 1980. Depuis cette époque, ils ne mesurent plus que 217 mètres. La fréquence utilisée depuis 1988 est 234 kHz. La puissance maximale actuelle des émetteurs Thomson est de 2×600 kW.

Vous aimeriez peut-être aussi  Une «magnetic-loop» QRP

marnach

Depuis 2003, ce mode d’émission est effectué en mode numérique DRM, assurant la diffusion des programmes allemands et français (6095 et 5 990 kHz). Les durées d’émission ont cependant diminué au cours du temps. Les émetteurs depuis 2005 ont une puissance diminuée de 50 kW.
Sur la gauche le pylône actif et sur la droite le pylône passif.

Sources :

Wikipédia

par Albert Müller | ON5AM | Twitter | Facebook

(Visité 722 fois, 1 : nombre de visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 4 =