Radio Mi-Amigo, et les radios offshores.

Radio Mi-Amigo, et les radios offshores.

Voici le second article sur les radios broadcast dont la première partie se trouve sur cette page.

Histoires de radios

Il sera aussi partagĂ© en 3 parties. La première partie consacrĂ©e Ă  Radio Mi Amigo, ensuite l’historique du Studio Start et enfin la prĂ©sentation de l’expĂ©dition GB5RC par le team Martello Tower Group Ă  bord du navire de Radio Caroline.

Épisode 1

Voici Radio Mi-AMiGO… et surtout son site d’émission qui se trouve à Eifeldorf Kall-Kreke.

Cette radio pirate au dĂ©but fut lancĂ©e par Sylvain Tack, un industriel belge dans les annĂ©es 70′. Mais c’est rĂ©ellement Kord Lemkau un passionnĂ© de radio qui continua l’œuvre de S. Tack en obtenant une licence d’émission pour la radio qui actuellement est toujours valable.
PrĂ©sentement la station Ă©met toujours en FM sur la Costa Blanca sur 92,3 et 106,0 MHz en langue allemande pour les expatriĂ©s et les touristes.

radio Mi-Amigo
Bannière du site Mi-AMiGO FM.

Radio Mi-AMiGO est maintenant une radio généraliste qui diffuse des souvenirs, mais aussi des tubes récents.

Après avoir utilisĂ© des Ă©metteurs d’ondes courtes comme Gavar en ArmĂ©nie le plus grand centre Ă©metteur radio de l’ex URSS et WRMI en Floride, Mi-AMiGO Ă©met aujourd’hui en onde courte du site de Eifeldorf Kall-Kreke en Allemagne (50° 28’39.5″ N – 6° 31’23.2″ E).

radio Mi-Amigo
Bannière du site Mi-AMiGO international.

Sur le site de Eifeldorf Kall-Kreke, on dĂ©couvre les 3 Ă©metteurs d’1 kW Rohde & Schwarz SK1. Ils sont situĂ©s dans un ancien centre de transmission de la police rĂ©gionale construite dans les annĂ©es 60 et 70 et maintenant exploitĂ©e par un radioamateur allemand Burkhard Baumgartner, DF5XV pour la sociĂ©tĂ© Shortwaves service.

Cette sociĂ©tĂ© loue ses Ă©metteurs Ă  d’autres stations de radio qui prĂ©fèrent confier certaines diffusions pour raisons financières. 
En plus de Radio Mi-AMiGO, on trouve des installations d’émission pour des radios locales en FM (de 87,45 MHz Ă  106,1 MHz) et aussi les installations de tĂ©lĂ©phonie de Vodafone le principal propriĂ©taire du site.

radio Mi-Amigo
La tour en béton pour Vodafone et les antennes FM (capture de la vidéo).

Il y a aussi le système d’exploitation de la Digitalradio Eifel.de qui Ă©met sur 215,072 MHz (1,5 kW) en QPSK.

Un tableau de toutes les fréquences se trouve ici http://www.classicbroadcast.de/

Durant ses loisirs Burkhard DF5XV profite du site exceptionnel pour lancer appel souvent sur 3.600 MHz (400 W/1KW) Ă  l’aide de sa delta loop et sur 144,712 MHz (10W/50W) dans une yagi 4 Ă©lĂ©ments.
Sans oublier sa station de tĂ©lĂ©vision sur 434,250 MHz (1 kW).

radio Mi-Amigo
Station radioamateur de télévision (Capture de la vidéo).

Le parc d’antennes

radio Mi-Amigo

radio Mi-Amigo
Antenne dipĂ´le TELEFUNKEN A189 orientĂ© nord-ouest – Sud Est, utilisĂ©e sur la frĂ©quence de 6085 kHz (Photos du site « Classic Broadcast »).

radio Mi-Amigo
Fréquences et positionnement des antennes (capture de la vidéo).

Les Ă©metteurs (une petite partie) !

radio Mi-Amigo
Les trois Ă©metteurs de 1 kW et les frĂ©quences d’émission, 3 pour Mi-AMiGO et 1 pour Radio700 (capture de la vidĂ©o).

radio Mi-Amigo
Ce tube d’Ă©mission de 50 kW ! (Capture de la vidĂ©o)

Une vidĂ©o :

Paul Newman reporter à Daily Mail interviewe l’ingénieur de diffusion Burkhard DF5XV. Celui-ci nous invite à la visite complète de son centre souterrain, où il maintient plus de 40 émetteurs radio vintage restaurés et prêts à fonctionner ainsi que divers autres équipements de diffusion.

Mes références et pour en connaître plus :

http://www.radiomiamigo.international

https://www.shortwaveservice.com

http://www.classicbroadcast.de

https://www.media-radio.info/radiodiffusion/index.php

https://miamigo40.be/nl/

par Albert MĂĽller | ON5AM | Twitter | Facebook

Épisode 2

Quelques anecdotes de Christian ON4VD.

J’ai passĂ© ma vie active dans le showbiz et j’ai travaillĂ© 20 ans au studio Morgan, studios d’enregistrement musical, 4 studios Ă  Londres et 2 Ă  Bruxelles.

Ă€ cette Ă©poque, Sylvain Tack, un industriel belge, avait une usine de gaufres Ă  Buizingen, les gaufres Suzy, pas loin de Bruxelles.

Il s’est intéressé au showbiz et à côté de son usine à gaufres il avait monté un studio d’enregistrement et même un studio de gravure disque, le studio Start. C’est comme ça que les musiciens l’avaient baptisé le « Wafelgate ».
(ndlr : pour ceux qui ne maĂ®trisent pas le flamand : Buizingen est un village flamand et en flamand wafel = gaufre, CQFD).

Et c’est ainsi que j’ai appris que le secret de ces gaufres est dans la conservation et la recette est déposée. Comme quoi !

Mais, pour nous, l’activité la plus marquante est la création d’une station de radio (pirate à l’époque), Radio Mi-Amigo dans les années 70’. Dans le but évidemment de maîtriser la diffusion de ses propres productions.

Malheureusement ses diverses activitĂ©s lui valurent des problèmes avec la justice de plusieurs pays et il disparaĂ®tra pratiquement de la scène du showbiz. Le lien d’un site oĂą un ancien collègue de QRL parle de Sylvain Tack : https://www.offshoreechos.com/Sylvain

L’historique du studio Start dans l’historique des studios belges

 https://www.memoire60-70.be/Pionniers_du_rock/Studios_Enregistrement_Belgique_1950_60_70.html.

Ă€ l’époque le simple fait de demander de la documentation sur un Ă©metteur pro vous valait le jour suivant la visite des services judiciaires (certains ont connu ça pendant la guerre…)  La radiodiffusion = monopole d’État, point.

Je me devais cependant de m’intéresser, techniquement, aux traitements réservés à nos productions quand elles sortaient du QRL pour diffusion.

Il faut dire que toutes ces tentatives de compĂ©tition avec les radios d’états, très conservatrices sur le plan prĂ©sentation, programmation, aussi bien que technique, employant un personnel trop nombreux (entendez fonctionnaires) emm…….. bien nos dirigeants. Ces radios « hors la loi » (en dehors des eaux territoriales), Ă©chappant Ă  tout contrĂ´le gouvernemental, orientĂ© « hit parade » (le « hit parade » faisait partie des « variĂ©tĂ©s » dans les stations officielles), les DJ Ă  l’antenne, Ă  la prĂ©sentation bien plus dynamique et souvent techniquement bien en avance, Ă©mettant en plein milieu de la bande ondes moyennes, raflaient la mise en termes d’audimat en un temps record. Les gouvernements ont eu bien du mal Ă  contrecarrer le phĂ©nomène vu la lĂ©gislation non adaptĂ©e en dehors des eaux territoriales et ont tout fait pour leur compliquer au maximum l’existence. Ils ont rĂ©ussi finalement Ă  y mettre un terme souvent par des « astuces » juridiques disons « douteuses et peu sympathiques. ». N’hĂ©sitez pas Ă  faire une recherche sur le net avec comme mots clefs « Radio Caroline » et « Ross Revenge ». Vous dĂ©couvrirez bien d’autres liens intĂ©ressants.

Bien avant cette pĂ©riode, une radio commerciale avait cependant su rĂ©gler le problème de la lĂ©galitĂ©, RTL 208 qui a obtenu une licence pour un Ă©metteur en ondes moyennes dès 1950.

Ces Ă©missions sur 208 m. (1,44 MHz), suivant les heures en Anglais ou en Flamand, Ă©mettait depuis un site situĂ© Ă  Marnach (Grand DuchĂ© de Luxembourg). L’antenne Ă©tait un jeu de trois pylĂ´nes, dont un seul Ă©tait alimentĂ©, les deux autres servant de rĂ©flecteurs. En rĂ©ception ce signal Ă©tait affublĂ© d’un fading très profond souvent accompagnĂ© d’une distorsion (je dirais de 200 % hi) rendant le signal incomprĂ©hensible. Ces Ă©missions commerciales eurent leur succès auprès des anglophones et des Flamandophones.

Ces pylĂ´nes sont Ă  l’heure actuelle dĂ©montĂ©s. Un article sur ON5VL vous en dira plus Ă  cette adresse : Fermeture du site des antennes de Marnach.

radio Mi-Amigo
Antenne de marnach : photo [File:MarnachDayWiki.JPG|thumb|MarnachDayWiki].

Et l’historique de cette station, et en plus, ici : https://www.media-radio.info/radiodiffusion

Il y a dĂ©jĂ  quelques annĂ©es que je suis en roue libre. J’ai dĂ©couvert sur le Net la suite de l’historique de radio Mi-Amigo et la vidĂ©o m’a rappelĂ© de bons souvenirs, ayant connu l’avènement de toute une sĂ©rie de radios dĂ©fiant les autoritĂ©s. Ces entreprises Ă©taient des projets fous ! Imaginez le ravitaillement, ne serait-ce que le carburant des groupes Ă©lectrogènes, ces radios Ă©taient en Ă©mission 24 h./24, les puissances n’avaient rien de QRP ! Radio Caroline avait montĂ© un pylĂ´ne de 100 m. sur son bateau ! (Images volĂ©es du Net). La prise de terre devait ĂŞtre excellente, j’imagine que les poissons qui passaient sous la coque devaient changer de couleur hi.

Il y eut même une tentative de TV pirate, en mer du Nord, en face de la Hollande, installée sur une plate-forme off-shore datant de la Deuxième Guerre. L’expérience a duré trois jours (ou trois heures… je ne me souviens plus) l’armée étant intervenue.

radio Mi-Amigo     radio Mi-Amigo

Il y eut quelques accidents à déplorer. Une pensée émue pour les quelques victimes (heureusement peu nombreuses) qui ont payé de leur vie.
Plus tard sont arrivées les radios « pirates » dans la bande FM. Des OMs y ont également apporté leur concours. Le point de départ des actuelles « radios alternatives »
Une autre histoire…

 par Christian ON4VD

Épisode 3

radio Mi-Amigo

Le Martello Tower Group est un groupe de radioamateurs qui a Ă©tĂ© formĂ© Ă  l’origine Ă  la fin des annĂ©es 1980 sous le nom de ClackPak. Au fil des ans, ClackPak a gĂ©rĂ© une boĂ®te aux lettres radio par paquets radio amateur AX25 puis ils ont contribuĂ© au financement initial des deux rĂ©pĂ©teurs locaux, GB3TE et GB3CL qui sont actuellement actifs respectivement sur 145,612 5 MHz et 433,225 MHz.
C’est en 2009 que ClackPak a changé de nom et est devenu Martello Tower Group avec des plans ambitieux pour d’autres projets radio révolutionnaires dans la région de Tendring.
En août 2016, ce group à activé une station événementielle très spéciale, GB5RC pour célébrer cinq décennies de radiodiffusion en mer qui a été répétée à nouveau en août 2017, 2018 et 2019.
Il est composĂ© de Tony G0MBA, Keith G6NHU (KB3WPE), Richard G7HJK, Colin M1EAK, Terry G4GHU, Paul G0HWC, Bill G1WJR et Paul 2E1PAW. Bien qu’affiliĂ©s au RSGB, ils ne sont pas un « club » au sens traditionnel du terme, car ils ne sont pas ouverts Ă  tous Ă  l’adhĂ©sion gĂ©nĂ©rale. L’adhĂ©sion est strictement sur invitation.

MV Ross Revenge

Le groupe Martello Tower a activĂ© avec succès le MV Ross Revenge Ă  quatre reprises. Ce bateau est le siège de la cĂ©lèbre Radio Caroline depuis aoĂ»t 1983. Radio Caroline diffuse toujours via Internet et une fois par mois, des transmissions en direct sont effectuĂ©es Ă  partir de Ross Revenge via les Ă©metteurs AM de 20 kW de Manx Radio sur l’île de Man sur 219 mètres/1368 kHz ou via Internet.
Le MV Ross Revenge est actuellement situĂ© sur un mouillage fixe dans la rivière Blackwater, près de Bradwell-on-Sea, Essex et y est depuis 2014. Son emplacement est N51 ° 44 ‘4,7 « , E0 ° 51’ 32,9 », NGR : TL975079, WAB : TL90, Maidenhead : JO01kr et elle peut ĂŞtre vue clairement de Bradwell et au loin de West Mersea.

radio Mi-Amigo
Vue de l’approche du MV Ross Revenge. Photo : https://www.martellotowergroup.com

Il faut savoir que les radioamateurs ont jouĂ© un rĂ´le important dans l’histoire de Radio Caroline, c’est pour cette raison que le groupe est fier de pouvoir perpĂ©tuer cette tradition maintenant.
La première annĂ©e ils ont rĂ©coltĂ© : 1400 QSOs sur 40 m, 550 QSOs sur 80 m, 500 QSOs sur 20 m, 25 QSOs sur 10 m, 10 QSOs sur 15 m et 30 QSOs en VHF/UHF/Satellite.

radio Mi-Amigo
Bill et Mark operaient GB5RC

Plus d’information sur Radio Caroline http://www.radiocaroline.co.uk et sur les aventures de GB5RC sur cette page https://www.martellotowergroup.com/gb5rc.html

radio Mi-Amigo

Pour en connaître un peu plus, voici quelques adresses intéressantes :
https://www.bbceng.info/Technica

https://www.eylard.nl/OffShoreRadio/Mast/

http://www.bobleroi.co.uk/ScrapBook/

http://www.radiostructures.com/blog/

Histoires-de-radios-PDF.pdf (443 téléchargements)

par Albert MĂĽller | ON5AM | Twitter | Facebook

One thought on “Radio Mi-Amigo, et les radios offshores.

  1. Dans le mĂŞme registre, mais plus actuel je vous recommande un site (d’un passionnĂ©) que j’ai eu beaucoup de plaisir Ă  visiter.
    C’est un des plus anciens annuaires de radios en France (depuis 1998) et il recense plusieurs milliers de radios francophones. Son adresse est https://www.annuairedelaradio.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *