Radio Mi-Amigo, et les radios offshores.10 min de lecture

Radio Mi-Amigo, et les radios offshores.10  min de lecture

Voici le second article sur les radios broadcast dont la première partie se trouve sur cette page.

Histoires de radios

Il sera aussi partagé en 3 parties. La première partie consacrée à Radio Mi Amigo, ensuite l’historique du Studio Start et enfin la présentation de l’expédition GB5RC par le team Martello Tower Group à bord du navire de Radio Caroline.

Épisode 1

Voici Radio Mi-AMiGO… et surtout son site d’émission qui se trouve à Eifeldorf Kall-Kreke.

Cette radio pirate au début fut lancée par Sylvain Tack, un industriel belge dans les années 70′. Mais c’est réellement Kord Lemkau un passionné de radio qui continua l’œuvre de S. Tack en obtenant une licence d’émission pour la radio qui actuellement est toujours valable.
Présentement la station émet toujours en FM sur la Costa Blanca sur 92,3 et 106,0 MHz en langue allemande pour les expatriés et les touristes.

radio Mi-Amigo
Bannière du site Mi-AMiGO FM.

Radio Mi-AMiGO est maintenant une radio généraliste qui diffuse des souvenirs, mais aussi des tubes récents.

Après avoir utilisé des émetteurs d’ondes courtes comme Gavar en Arménie le plus grand centre émetteur radio de l’ex URSS et WRMI en Floride, Mi-AMiGO émet aujourd’hui en onde courte du site de Eifeldorf Kall-Kreke en Allemagne (50° 28’39.5″ N – 6° 31’23.2″ E).

radio Mi-Amigo
Bannière du site Mi-AMiGO international.

Sur le site de Eifeldorf Kall-Kreke, on découvre les 3 émetteurs d’1 kW Rohde & Schwarz SK1. Ils sont situés dans un ancien centre de transmission de la police régionale construite dans les années 60 et 70 et maintenant exploitée par un radioamateur allemand Burkhard Baumgartner, DF5XV pour la société Shortwaves service.

Cette société loue ses émetteurs à d’autres stations de radio qui préfèrent confier certaines diffusions pour raisons financières. 
En plus de Radio Mi-AMiGO, on trouve des installations d’émission pour des radios locales en FM (de 87,45 MHz à 106,1 MHz) et aussi les installations de téléphonie de Vodafone le principal propriétaire du site.

radio Mi-Amigo
La tour en béton pour Vodafone et les antennes FM (capture de la vidéo).

Il y a aussi le système d’exploitation de la Digitalradio Eifel.de qui émet sur 215,072 MHz (1,5 kW) en QPSK.

Un tableau de toutes les fréquences se trouve ici http://www.classicbroadcast.de/

Durant ses loisirs Burkhard DF5XV profite du site exceptionnel pour lancer appel souvent sur 3.600 MHz (400 W/1KW) à l’aide de sa delta loop et sur 144,712 MHz (10W/50W) dans une yagi 4 éléments.
Sans oublier sa station de télévision sur 434,250 MHz (1 kW).

radio Mi-Amigo
Station radioamateur de télévision (Capture de la vidéo).

Le parc d’antennes

radio Mi-Amigo

radio Mi-Amigo
Antenne dipôle TELEFUNKEN A189 orienté nord-ouest – Sud Est, utilisée sur la fréquence de 6085 kHz (Photos du site « Classic Broadcast »).

radio Mi-Amigo
Fréquences et positionnement des antennes (capture de la vidéo).

Les émetteurs (une petite partie) !

radio Mi-Amigo
Les trois émetteurs de 1 kW et les fréquences d’émission, 3 pour Mi-AMiGO et 1 pour Radio700 (capture de la vidéo).

radio Mi-Amigo
Ce tube d’émission de 50 kW ! (Capture de la vidéo)

Une vidéo :

Paul Newman reporter à Daily Mail interviewe l’ingénieur de diffusion Burkhard DF5XV. Celui-ci nous invite à la visite complète de son centre souterrain, où il maintient plus de 40 émetteurs radio vintage restaurés et prêts à fonctionner ainsi que divers autres équipements de diffusion.

Mes références et pour en connaître plus :

http://www.radiomiamigo.international

https://www.shortwaveservice.com

http://www.classicbroadcast.de

https://www.media-radio.info/radiodiffusion/index.php

https://miamigo40.be/nl/

par Albert Müller | ON5AM | Twitter | Facebook

Épisode 2

Quelques anecdotes de Christian ON4VD.

J’ai passé ma vie active dans le showbiz et j’ai travaillé 20 ans au studio Morgan, studios d’enregistrement musical, 4 studios à Londres et 2 à Bruxelles.

Vous aimeriez peut-être aussi  Communiqué de Monsieur le Premier Ministre de Belgique

À cette époque, Sylvain Tack, un industriel belge, avait une usine de gaufres à Buizingen, les gaufres Suzy, pas loin de Bruxelles.

Il s’est intéressé au showbiz et à côté de son usine à gaufres il avait monté un studio d’enregistrement et même un studio de gravure disque, le studio Start. C’est comme ça que les musiciens l’avaient baptisé le « Wafelgate ».
(ndlr : pour ceux qui ne maîtrisent pas le flamand : Buizingen est un village flamand et en flamand wafel = gaufre, CQFD).

Et c’est ainsi que j’ai appris que le secret de ces gaufres est dans la conservation et la recette est déposée. Comme quoi !

Mais, pour nous, l’activité la plus marquante est la création d’une station de radio (pirate à l’époque), Radio Mi-Amigo dans les années 70’. Dans le but évidemment de maîtriser la diffusion de ses propres productions.

Malheureusement ses diverses activités lui valurent des problèmes avec la justice de plusieurs pays et il disparaîtra pratiquement de la scène du showbiz. Le lien d’un site où un ancien collègue de QRL parle de Sylvain Tack : https://www.offshoreechos.com/Sylvain

L’historique du studio Start dans l’historique des studios belges

 https://www.memoire60-70.be/Pionniers_du_rock/Studios_Enregistrement_Belgique_1950_60_70.html.

À l’époque le simple fait de demander de la documentation sur un émetteur pro vous valait le jour suivant la visite des services judiciaires (certains ont connu ça pendant la guerre…)  La radiodiffusion = monopole d’État, point.

Je me devais cependant de m’intéresser, techniquement, aux traitements réservés à nos productions quand elles sortaient du QRL pour diffusion.

Il faut dire que toutes ces tentatives de compétition avec les radios d’états, très conservatrices sur le plan présentation, programmation, aussi bien que technique, employant un personnel trop nombreux (entendez fonctionnaires) emm…….. bien nos dirigeants. Ces radios « hors la loi » (en dehors des eaux territoriales), échappant à tout contrôle gouvernemental, orienté « hit parade » (le « hit parade » faisait partie des « variétés » dans les stations officielles), les DJ à l’antenne, à la présentation bien plus dynamique et souvent techniquement bien en avance, émettant en plein milieu de la bande ondes moyennes, raflaient la mise en termes d’audimat en un temps record. Les gouvernements ont eu bien du mal à contrecarrer le phénomène vu la législation non adaptée en dehors des eaux territoriales et ont tout fait pour leur compliquer au maximum l’existence. Ils ont réussi finalement à y mettre un terme souvent par des « astuces » juridiques disons « douteuses et peu sympathiques. ». N’hésitez pas à faire une recherche sur le net avec comme mots clefs « Radio Caroline » et « Ross Revenge ». Vous découvrirez bien d’autres liens intéressants.

Bien avant cette période, une radio commerciale avait cependant su régler le problème de la légalité, RTL 208 qui a obtenu une licence pour un émetteur en ondes moyennes dès 1950.

Ces émissions sur 208 m. (1,44 MHz), suivant les heures en Anglais ou en Flamand, émettait depuis un site situé à Marnach (Grand Duché de Luxembourg). L’antenne était un jeu de trois pylônes, dont un seul était alimenté, les deux autres servant de réflecteurs. En réception ce signal était affublé d’un fading très profond souvent accompagné d’une distorsion (je dirais de 200 % hi) rendant le signal incompréhensible. Ces émissions commerciales eurent leur succès auprès des anglophones et des Flamandophones.

Ces pylônes sont à l’heure actuelle démontés. Un article sur ON5VL vous en dira plus à cette adresse : Fermeture du site des antennes de Marnach.

radio Mi-Amigo
Antenne de marnach : photo [File:MarnachDayWiki.JPG|thumb|MarnachDayWiki].

Et l’historique de cette station, et en plus, ici : https://www.media-radio.info/radiodiffusion

Il y a déjà quelques années que je suis en roue libre. J’ai découvert sur le Net la suite de l’historique de radio Mi-Amigo et la vidéo m’a rappelé de bons souvenirs, ayant connu l’avènement de toute une série de radios défiant les autorités. Ces entreprises étaient des projets fous ! Imaginez le ravitaillement, ne serait-ce que le carburant des groupes électrogènes, ces radios étaient en émission 24 h./24, les puissances n’avaient rien de QRP ! Radio Caroline avait monté un pylône de 100 m. sur son bateau ! (Images volées du Net). La prise de terre devait être excellente, j’imagine que les poissons qui passaient sous la coque devaient changer de couleur hi.

Vous aimeriez peut-être aussi  Seulement 153 radioamateurs en Belgique ???

Il y eut même une tentative de TV pirate, en mer du Nord, en face de la Hollande, installée sur une plate-forme off-shore datant de la Deuxième Guerre. L’expérience a duré trois jours (ou trois heures… je ne me souviens plus) l’armée étant intervenue.

radio Mi-Amigo     radio Mi-Amigo

Il y eut quelques accidents à déplorer. Une pensée émue pour les quelques victimes (heureusement peu nombreuses) qui ont payé de leur vie.
Plus tard sont arrivées les radios « pirates » dans la bande FM. Des OMs y ont également apporté leur concours. Le point de départ des actuelles « radios alternatives »
Une autre histoire…

 par Christian ON4VD

Épisode 3

radio Mi-Amigo

Le Martello Tower Group est un groupe de radioamateurs qui a été formé à l’origine à la fin des années 1980 sous le nom de ClackPak. Au fil des ans, ClackPak a géré une boîte aux lettres radio par paquets radio amateur AX25 puis ils ont contribué au financement initial des deux répéteurs locaux, GB3TE et GB3CL qui sont actuellement actifs respectivement sur 145,612 5 MHz et 433,225 MHz.
C’est en 2009 que ClackPak a changé de nom et est devenu Martello Tower Group avec des plans ambitieux pour d’autres projets radio révolutionnaires dans la région de Tendring.
En août 2016, ce group à activé une station événementielle très spéciale, GB5RC pour célébrer cinq décennies de radiodiffusion en mer qui a été répétée à nouveau en août 2017, 2018 et 2019.
Il est composé de Tony G0MBA, Keith G6NHU (KB3WPE), Richard G7HJK, Colin M1EAK, Terry G4GHU, Paul G0HWC, Bill G1WJR et Paul 2E1PAW. Bien qu’affiliés au RSGB, ils ne sont pas un « club » au sens traditionnel du terme, car ils ne sont pas ouverts à tous à l’adhésion générale. L’adhésion est strictement sur invitation.

MV Ross Revenge

Le groupe Martello Tower a activé avec succès le MV Ross Revenge à quatre reprises. Ce bateau est le siège de la célèbre Radio Caroline depuis août 1983. Radio Caroline diffuse toujours via Internet et une fois par mois, des transmissions en direct sont effectuées à partir de Ross Revenge via les émetteurs AM de 20 kW de Manx Radio sur l’île de Man sur 219 mètres/1368 kHz ou via Internet.
Le MV Ross Revenge est actuellement situé sur un mouillage fixe dans la rivière Blackwater, près de Bradwell-on-Sea, Essex et y est depuis 2014. Son emplacement est N51 ° 44 ‘4,7 “, E0 ° 51’ 32,9”, NGR : TL975079, WAB : TL90, Maidenhead : JO01kr et elle peut être vue clairement de Bradwell et au loin de West Mersea.

radio Mi-Amigo
Vue de l’approche du MV Ross Revenge. Photo : https://www.martellotowergroup.com

Il faut savoir que les radioamateurs ont joué un rôle important dans l’histoire de Radio Caroline, c’est pour cette raison que le groupe est fier de pouvoir perpétuer cette tradition maintenant.
La première année ils ont récolté : 1400 QSOs sur 40 m, 550 QSOs sur 80 m, 500 QSOs sur 20 m, 25 QSOs sur 10 m, 10 QSOs sur 15 m et 30 QSOs en VHF/UHF/Satellite.

radio Mi-Amigo
Bill et Mark operaient GB5RC

Plus d’information sur Radio Caroline http://www.radiocaroline.co.uk et sur les aventures de GB5RC sur cette page https://www.martellotowergroup.com/gb5rc.html

radio Mi-Amigo

Pour en connaître un peu plus, voici quelques adresses intéressantes :
https://www.bbceng.info/Technica

https://www.eylard.nl/OffShoreRadio/Mast/

http://www.bobleroi.co.uk/ScrapBook/

http://www.radiostructures.com/blog/

Télécharger “Histoires-de-radios-PDF.pdf” Histoires-de-radios-PDF.pdf – Téléchargé 56 fois – 6 Mo

par Albert Müller | ON5AM | Twitter | Facebook

(Visité 591 fois, 1 : nombre de visites aujourd'hui)

One thought on “Radio Mi-Amigo, et les radios offshores.

  1. Dans le même registre, mais plus actuel je vous recommande un site (d’un passionné) que j’ai eu beaucoup de plaisir à visiter.
    C’est un des plus anciens annuaires de radios en France (depuis 1998) et il recense plusieurs milliers de radios francophones. Son adresse est https://www.annuairedelaradio.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 2 =