Partages et contributions techniques des OM’s lecteurs de ON5VL.org ; alimentation Elix et oscilloscope Tek 2465 de F1HFO

Partages et contributions techniques des OM’s lecteurs de ON5VL.org ; alimentation Elix et oscilloscope Tek 2465 de F1HFO

Le club des radioamateurs de Liège accueille et apprécie toujours les courriers (e-mails) des lecteurs du site Internet ON5VL.org en reconnaissant la juste valeur et la pertinence des informations reçues des OM’s qui nous écrivent. Nos lecteurs abordent en général un seul sujet en réponse d’un article ou d’une publication précise, et parfois évoquent plusieurs publications qui ont rencontré leurs centres d’intérêt. Il arrive même que certains OM’s – c’est arrivé plus d’une fois – contribuent à prolonger des informations techniques supplémentaires grâce à leurs expériences et expérimentations personnelles. Ces OM’s ont unanimement la volonté de partager avec nous leur savoir-faire et cela mérite d’être souligné pour cultiver le Ham-Spirit parmi tous les radioamateurs. Les membres du club ON5VL donnent toujours réponse à nos lecteurs dans les délais les plus brefs, mais toutefois en fonction de leur temps disponible.

Une contribution de Philippe F1HFO :

Voici un bel exemple de partage d’informations d’un OM sur deux sujets de publications sur ON5VL.org :

  • Alimentation Elix M10-300A-10 : dépannage et améliorations du circuit de régulation ;
  • Oscilloscope Tek 2465 :
    • Fumée dans le laboratoire avec l’oscilloscope Tek 2465 ;
    • Se prémunir de l’amnésie des paramètres de calibrage (pile au lithium) Tek 2465.

Dans cet article technique, nous avons rassemblé les multiples échanges d’emails avec F1HFO, ON5VL, ON5AM et ON4IJ tout en organisant le fil conducteur des sujets traités pour que nos lecteurs puissent suivre les cheminements de la pensée lors de ces nombreux échanges. Parfois les deux sujets sont un peu entremêlés entre celui qui concerne l’alimentation Elix et celui à propos de l’oscilloscope Tek 2465, mais vous pourrez facilement en établir la distinction.

C’est du vécu, c’est du réel, et voici comment cela s’est passé :

Une fois n’est pas coutume, et en guise de complément d’un article paru le 7 octobre 2016 :  Une alimentation au poids devenue de qualité Radioamateur  voici un échange de mails entre Philippe F1HFO, le club ON5VL par l’intermédiaire du site Internet ON5VL.org, moi-même ON5AM secrétaire et webmaster de ON5VL, et ON4IJ, l’auteur des articles évoqués.

Lundi 1er juin 2020

Bonjour Albert,
Je suis tombé sur votre site hier soir en recherchant le schéma d’une alimentation Elix M10-300A-10 : une 13,6V /10A.
J’ai trouvé votre schéma de l’alimentation 30A de fonctionnement semblable, ce qui m’a permis de régler le problème ce matin.
Je voulais vous remercier chaleureusement car ça m’a bien aidé.
Cette alimentation venant du père d’un ami, le transistor Ballast commandant les deux 2N3055, un D313 étant coupé « base-émetteur », la sortie était proche de zéro (pas de casse dans la puissance, celle-ci réagissant avec une 10k connectée au + d’entrée et sur ses bases).
L’ayant enlevé, aucune tension n’apparaissant sur son point de base, j’ai cherché à comprendre pourquoi, normalement en absence de retour, la régulation devrait « partir à fond ».
Le transistor NPN commandant ce ballast ayant son émetteur directement au point neutre (le moins), j’ai trouvé ça un peu bizarre, souvent il y a une référence dans le pied ou une résistance d’un montage différentiel. En fait ce transistor régule dès que la Zener de 12V placée en sortie a un courant suffisant pour permettre au curseur du potentiomètre branché à sa base, d’atteindre le seuil de conduction de celui-ci, faisant ainsi baisser la tension de son collecteur pour maintenir une tension juste suffisante et assurer ce petit courant dans la Zener.
J’avais remarqué le système détectant la présence du secteur et produisant une sorte de carrés de 50Hz par l’intermédiaire de la Zener de 3,6V. Ce signal différencié est ensuite acheminé à un autre transistor, celui-ci doit être conducteur pour que son collecteur ayant une 5k1 reliée au + alim régulation, ne vienne pas faire circuler de courant dans la 1N4148 allant sur la base du transistor régulateur.
En fait grâce à une capa de 22nF entre ce collecteur et le point de masse, le système n’a que 10 à 20µs pour démarrer et permettre à la sortie de dépasser le seuil des 3V, en-dessous duquel, le système se remettra en protection.
J’ai cherché à comprendre le pourquoi de ce système qui m’a semblé une peu « tordu ». J’en ai déduit qu’il évitait à l’alimentation de démarrer sur une charge proche du court-circuit et assurait également sa mise en protection si ça survenait en fonctionnement. Ce système se mettra également en protection à la disparition du secteur. Il lui manque juste la protection « OVP » que vous avez rajoutée en utilisant un thyristor.
J’ai utilisé un tel système pour protéger le baffle de mon ampli d’instrument de musique. Dans mon cas : un gros pont redresseur en parallèle avec l’entrée du baffle est relié à un thyristor muni d’un pont résistif permettant d’ajuster la valeur de la tension d’amorçage. La valeur a été ajustée aux environ de 25-30V, avec un petit filtrage de façon à protéger le Boomer en cas présence de tension continue sur la sortie mais permet de laisser passer les signaux graves jusqu’à 100W, un gros fusible « Flink » est placé en série sur l’entrée du baffle. Une fois le système s’est enclenché 10mn avant de commencer à jouer ??? c’était en débranchant le jack du clavier piano, j’avais touché le bout, une grosse ronflette s’est fait entendre pendant un cours instant puis, plus rien. Depuis, ce jour, un petit sachet avec deux fusibles est logé à l’arrière du baffle…
Sur votre site, j’ai également récupéré le pdf : « 2465-smoke » car je suis dans le même cas. Votre documentation est vraiment exceptionnelle ! Pour sa compréhension, clarté et présentation. Comme j’ai plusieurs « scopes » (sur la paillasse à la cave un Siemens sert pour les mesures ou plutôt vérifications de base, à tubes il est très résistant un TEK2235 rangé dans la chaufferie le complète si besoin), le « 2465 » étant dans l’habitation avec le HP8591, ainsi, le « 2465 » est moins sollicité mais quand il « fume », c’est dans la maison ! Il m’a fait trois fois le coup, ça dépend de son humeur et ça se produit après un certain temps d’utilisation, il faut alors le débrancher et bien… aérer.
J’ai un ami Michel : F1CLQ qui m’a dit qu’il fallait également penser à remplacer la pile longue durée de sauvegarde de 3,6V sous peine de risquer de perdre toute la calibration. Ce serait autrement pénible que dans le cas de la chaudière à régulation PID numérique et plusieurs sondes, où ça m’est arrivé il y a trois-cinq ans après une vingtaine d’années (comme j’avais tout noté, ça n’a pas été compliqué de tout remettre à jour).
Recevez cher OM mes salutations les plus cordiales.

Mardi 2 juin 2020

(Réponse de Jean-François ON4IJ)
Bonjour Philippe F1HFO.
Cela nous fait particulièrement plaisir de recevoir un email aussi chaleureux de votre part en provenance d’une ville proche de Strasbourg, un pôle européen important en France.
Merci de nous partager votre retour d’écoute sur le site Internet ON5VL.org à propos des articles techniques qui y sont publiés, entre autres parmi bien d’autres articles d’intérêt pour tous les radioamateurs sur tous sujets.
Je constate que vous avez effectué une parfaite analyse du schéma de l’alimentation Elix, digne d’un « reverse engineering » avec une information d’une constante de temps au démarrage de l’alimentation. Merci pour votre partage.
Puis-je vous demander de publier votre email, tel quel, avec votre accord, en commentaire sur l’article technique au sujet de l’alimentation Elix ? Ce sera l’opportunité de prolonger votre partage technique sur ce type d’alimentation.
En ce qui concerne l’oscilloscope Tek 2465, je vous recommande vivement de remplacer d’office tous les condensateurs de filtrage des types X et Y du constructeur Rifa. Il s’agit de « bombes » à retardement qui sont bien connues des électroniciens et des radioamateurs. Vous trouverez toutes les explications à ce sujet dans l’article « Labo Smoke » (Un nuage de fumée dans le laboratoire ne décourage pas un radioamateur). Vous avez donc déjà lu cet article et vous venez d’en comprendre tous les enseignements y afférents.
J’ai reçu dernièrement des informations que je vous partage en provenance d’un « ancien » de Tektronix chez qui j’ai acheté mon oscilloscope Tek 2465 BCT aux USA. Je vous reproduis ci-dessous un contracté de l’échange d’email en anglais avec traduction en français.
NDLR :
Les quelques paragraphes qui suivent, en incidente, relate un échange d’email entre ON4IJ et Alexander Schonfeld, un « ancien » de Tektronix, et dont le sujet est un partage d’expériences sur le dépannage et la maintenance de l’oscilloscope Tek 2465. Ce sujet vient à propos du vécu de F1HFO en ce qui concerne le dégagement de fumée qui est survenu à plusieurs reprises hors de son oscilloscope Tek 2465. Un autre sujet sera abordé lors de cet échange d’email en ce qui concerne la conservation des paramètres de calibrage de l’oscilloscope Tek 2465. En effet, F1HFO avait aussi été averti par F1CLQ de veiller à la maintenance d’une pile au lithium de cet oscilloscope Tek 2465.

Vous aimeriez peut-être aussi  Analyseur de spectre et mesures scalaires

Échanges et partages d’informations sur l’oscilloscope Tek 2465 :

De Alexander Schonfeld à ON4IJ (QSP F1HFO) :
“Hi Jean Francois, those caps only seem to blow in 230V countries (US is at 115)“.
« Hello Jean-François, ces condensateurs semblent seulement brûler dans les pays où la tension du secteur de distribution d’énergie électrique est de 230 V (ici, aux USA, la tension d’alimentation secteur est de 115 V) ».
“Thank you for sharing”.
« Merci pour votre partage ».

Alexander Schonfeld

De ON4IJ à Alexander Schonfeld :
Hello Alexander.
I have had a “labo smoke” with my Tek 2465BCT.  More fear than harm: only an old Rifa X2-Cap in the main line filter.  This was the opportunity to re-cap the switching power supply.  You can read and see this here, with a lot of pictures (French release):
« J’ai eu un nuage de fumée dans le laboratoire avec mon oscilloscope Tek 2465BCT. Plus de peur que de mal : uniquement un vieux condensateur Rifa X2 dans le filtre de l’alimentation principale. C’était l’occasion de reconditionner l’alimentation à découpage avec des nouveaux condensateurs. Vous pouvez lire et voir cela avec de nombreuses illustrations (version en français) ; voir lien ».  Un nuage de fumée dans le laboratoire de mesure cela ne décourage pas un radioamateur

De Alexander Schonfeld à ON4IJ (QSP F1HFO) :
“Those 2 caps are really not needed at all as their function is duplicated in the small metal box where the line cord attaches. I now routinely disconnect them for clients in 230V countries. The 2 caps and the 30 & 68 ohm resistors are there supposedly to kill high frequency “noise” entering or leaving the scope. As for the other electrolytic caps, if they work at 25 KHz they age fast from warming, and if they work at 50Hz they seem to last forever”.
Alexander Schonfeld
« Ces deux condensateurs ne sont vraiment pas du tout nécessaires, dès lors que leur fonction est un doublon de filtrage de celui qui est contenu dans la petite boite métallique où le cordon secteur est raccordé à l’appareil.  J’effectue à présent, en routine, une ablation de ceux-ci pour les clients qui résident dans des pays où la tension d’alimentation secteur est de 230 V.  Les deux condensateurs et les résistances de 30 et 68 Ohms sont des circuits électroniques qui sont prévu pour anéantir les « bruits »  à haute fréquence entrant ou sortant de l’oscilloscope.  En ce qui concerne les autres condensateurs électrolytiques, si ceux-ci sont soumis à une fréquence de 25 kHz, alors ils vieillissent à cause d’un échauffement, et s’ils sont soumis à une fréquence de 50 Hz, alors il semble qu’il résistent pour l’éternité ».
[…]
Personnellement, j’ai une autre approche à propos de ces condensateurs de filtrage : je ne suis pas aussi radical que ne l’est Alexander Schonfeld à propos de l’ablation des condensateurs de filtrage de l’alimentation secteur qui sont en doublon (ou duplication, ou encore en double cellule de filtrage) de l’alimentation principale du secteur de distribution d’énergie électrique à l’appareil de mesure.  J’ai préféré opter pour la conservation de l’implantation de ces composants mais toutefois en veillant à une mesure conservatoire de surdimensionnement de la tenue en tension de service de ces condensateurs implantés sur la carte électronique de l’alimentation à découpage (en ce qui concerne les condensateurs X et Y pour tenir compte d’une alimentation secteur de 240 V ici en Europe).  Il y a lieu d’être attentif au dimensionnement physique des composants pour que ceux-ci soient compatibles à l’implantation de ceux-ci sur la carte électronique.
Pour poursuivre avec les précieux conseils que vous avez obtenus de notre confrère radioamateur Michel F1CLQ, je ne peux qu’abonder dans son sens.  Pour information, j’ai eu l’opportunité de lire certaines publications de cet OM et aussi lire certaines références dans d’autres publications ou forums de discussion où ce même OM est cité plusieurs fois.  Je pense que votre ami Michel doit être un brillant technicien en électronique et en radiofréquence.  C’est toujours précieux de s’entourer d’OM connaisseurs de sujets précis et qui sont prêts à partager leur savoir-faire avec la communauté de tous les radioamateurs.
Ainsi, je vous invite à lire attentivement l’article technique suivant sur le site Internet ON5VL.org où tout est expliqué à propos des composants mémoires et composants associés avec batterie au lithium qui sauvegardent les paramètres de calibrage d’un oscilloscope Tek 2465, voir ici : Comment se prémunir contre l’amnésie d’un appareil de mesure
Tout y est expliqué en détail, y compris la manière de s’y prendre pour changer une batterie au lithium avec une alimentation secondaire (auxiliaire) pour ne pas perdre les précieux paramètres de calibrage de l’appareil de mesure.
Si vous avez une version d’oscilloscope Tek 2465 qui est plus récente que l’appareil dont je dispose, vous aurez peut-être une configuration avec des NVRAM du constructeur Dallas.  Dans ce cas, vous pouvez largement vous inspirer d’un autre article technique que j’ai publié sur ON5Vl.org , voir ici :
Comment se prémunir contre l’amnésie d’un appareil de mesure, suite/2
Dans cet article, je décris toute la procédure de la sauvegarde de NVRAM Dallas d’un autre appareil de mesure (HP 3458A).  Vous y trouverez aussi d’autres leçons de choses à propos des étalons de mesures pour un DMM.  C’est à vous de vous concentrer sur les paragraphes qui vous intéressent dans cet article technique.

Sur le même sujet de la mémoire des paramètres de calibrage d’un oscilloscope Tek 2465 et à propos des batteries au lithium, Alexander Schonfeld m’écrivait ceci dernièrement :

De Alexander Schonfeld à ON4IJ (QSP F1HFO) :
“Nother thing that ages, but slowly is the lithium battery on the A5 board. It was designed to last 10 years, but many are still hanging in even after 30. I replace them while using a standby 5V supply to prevent data erasure during desoldering / resoldering”.
« Un autre composant qui vieilli, lentement mais surement, est la batterie au lithium qui se situe sur la carte électronique A5.  Ce composant avait été conçu pour une durée de vie de 10 ans, toutefois, la plupart de ces batteries résistent même après une durée de vie de 30 ans.  Je les remplace en ayant recours à une alimentation 5 V afin d’éviter l’effacement des données pendant l’opération de débrasage et de re-brasage (dessoudure / re-soudure) de la batterie au lithium ».
“I also use Tadiran, Keeper, or Saft 1/2 AA cells”.
« J’utilise aussi des batteries du constructeur Tadiran, Keeper ou Saft en format ½ AA ».

Alexander Schonfeld

De ON4IJ à Alexander Schonfeld :
Thanks for replies Alexander.
Ok about caps and differences in mains supplies (EU vs US).
Yes indeed about lithium battery ; I have had replaced this component with care of RAM supply to keep the Cal parameters.
You can read and see this here : Comment se prémunir contre l’amnésie d’un appareil de mesure
« OK à propos des condensateurs et de leurs différences de comportement dans les alimentations secteurs des oscilloscopes Tek 2465 (240 V en Europe, comparé à 115V aux USA).
Oui en effet à propos des batteries au lithium ; J’ai dû remplacer ce composant dans mon oscilloscope avec mesures de précautions pour l’alimentation des mémoires RAM afin de conserver les paramètres de calibrage de l’appareil de mesure ».
[…]
J’avais aussi reçu, il y a quelque temps, un email d’un confrère électronicien français Nicko ayant eu le même type d’expérience avec son oscilloscope Tek 2465.
De Nicko à ON4IJ :
« Bonsoir Mr Flamée,
On peut aussi l’avoir ici (pour ceux qui n’ont pas de compte Farnell) : » http://www.conrad.fr/ce/fr/product/650799/Pile-lithium-LTC-7PN-36-V-750-mAh-avec-4-broches-a-souder-Eve-EF651625

Nicko (en Avril 2016).

De ON4IJ à Nicko :
Bonjour Nicko.
« Merci pour votre information qui est utile pour le choix d’un élément compatible au sujet du remplacement de la pile au lithium d’un oscilloscope Tek 2465B.
Je suis heureux que cet article vous ait été utile et que vous avez mis en pratique une mesure conservatoire pour votre équipement de mesure ».
[…]

Vous aimeriez peut-être aussi  Un oscilloscope « vintage », un appareil de légende. Mais pour quoi faire ?

Vous constaterez que vous n’êtes pas le seul à disposer d’un oscilloscope de légende, c’est-à-dire le Tek 2465. Prenez en soin car c’est un appareil de mesure formidable.  Cela mérite donc de lui prodiguer une maintenance prédictive.

Mercredi 3 juin 2020

Bonjour Jean-François
Merci pour votre long courriel très développé avec tous les liens concernant la maintenance du 2465, capas et pile de sauvegarde à changer. Je ne les ai pas encore tous ouverts. Je vais pouvoir m’occuper de ces choses en toute sérénité.
Ma réponse est tardive ayant découvert votre message très très tard (ou plutôt tôt le matin comme dirait mon épouse).
C’est un bel appareil, j’ai eu mon premier début des années 80 pour mon travail, production et test d’un terminal graphique à haute résolution pour les spectromètres et imageurs RMN, le mien (celui du chef) comportait l’option TV, permettant de s’assurer que les lignes étaient bien occupées par les bonnes informations. Avec notre processeur graphique de Thomson (EF9365 à 67) l’entre-laçage n’était pas tout à fait conforme et rendait le signal illisible pour certaines tables radiographiques). Avec le 2465, j’ai pu vérifier que ma bidouille pour rajouter certaines demi-lignes manquantes en début d’image pour avoir une presseration réellement conforme au standard CCIR. Ces premiers modèles avait encore des atténuateurs d’entrée et base de temps à « galette » comme les séries plus anciennes, fallait faire attention à ne pas forcer en bout de course. C’est fin des années 90 que j’ai eu l’occasion d’avoir le mien perso : un B, en le rachetant, pour 7 000F, calibré avec facture à un sous-traitant d’Alcatel à Strasbourg qui cessait son activité.
Si je « désosse » l’appareil, je vais tâcher de tout faire en même temps. Il faut être très soigneux et méticuleux car à la moindre petite connexion défaillante, l’appareil risque de ne même plus s’initialiser.
Concernant l’alimentation ELIX (et les autres infos), je suis pour le partage total, autant qu’un maximum puisse en profiter.
J’ai été ravi il y a un an quand j’ai rapatrié mon matériel de mon « pied à terre » Wiseembourgeois (où j’ai travaillé depuis 1981) d’avoir une personne en Suisse qui m’a envoyé tous les feuilles de la notice de mon vieux téléviseur Radiola de 1962.
Je vous joins le schéma de la « 10A » avec les mises à jour que j’ai effectuées. Comme dit précédemment, pour réguler correctement au-delà de 4 à 5A, il a fallu remettre le « 3055 » ballast comme sur la « 30A ». Finalement après les essais faits avec un 3055 en TO3, j’ai opté pour un gros bousin surdimensionné (350V/16A/250W) en boitier TO264 dont j’ai encore une demi barre en stock. Ceci pour la simplicité mécanique: fixation sur l’intérieur de la face arrière en utilisant une des vis à tôles tenant l’ensemble radiateur arrière.
Ainsi la régulation est encore très correcte avec une charge d’un ohm avec un peu plus de 13V en sortie.
J’ai essayé de mettre le maximum d’infos sur le schéma de la « 30A » : en Vert : les modifications correspondant à la « 10A » originale, en marron mes modifications avec la « ré-intégration » du « 3055 »: la résistance de 10 ohms de base me sert juste à apprécier le courant entrant dans la base du ballast, donc fourni par le « D313 ». Ainsi, on constate que jusqu’à 6A, celui-ci est très faible avec une chute de 150mV à peine sur la 10 ohms soit 15mA fourni par le « D313 » et celui-ci passe effectivement presque 200mA avec la charge d’un ohm, à ce moment l’alim + de la puissance descend vers 17V et le + de la régulation vers 20V, comme l’émetteur du D313 est à environ 14,7V, sa dissipation n’est plus que de un watt environ, l’ailette devient tiède.
Pour le gros TO264 , j’avais estimé le courant de base des deux « 3055 » de sortie vers les 1,5A pendant les essais (avec une 0,33ohm en série sur le fil jaune pour mesurer avant les modifications), 17V sur son collecteur et 14,7V sur son émetteur, sa dissipation d’un peu moins de 4W, se fait sans souci, celui-ci plaqué contre la tôle, elle contre le radiateur, avec un Silpad derrière lui. J’ai vérifié qu’à cette valeur, le C9014 de régulation de soit pas bloqué, on mesure au Fluke une tension moyenne d’environ 460mV sur sa base.
Je vous met avec le schéma « MAJ » quelques photos de l’alimentation modifiée, ouverte.

Je précise que le TO264 qui a été utilisé, est un MJL4281, car j’en ai une barrette en stock, rapidement sous la main (un « 3055 » en TO3 plastique fera très bien l’affaire et coûte moins cher s’il faut l’acheter).

Ci-dessous quelques relevés complémentaires :

  1. Potentiels autour du ballast rajouté :

Mesures relevées après * 15 secondes avec charge RH25, ** 3 secondes avec charge RH25, ***  2 secondes avec charge RH50, les résistances n’étant pas sur le radiateur.

  1. Comportement du Veroboard de surveillance de la sortie (les leds sont des modèles « anciens » pas très sensibles).


La dernière valeur « l’aspect de la led rouge » est fortement allumée (si  transistors de sortie est en Court-circuit).

Les valeurs ont été relevées à la cave, une fois dans le coffret avec la différence de températures les seuils vont s’abaisser de quelques centaines de mV.
Ma fille récupérera l’alimentation fin de semaine et pourra la restituer à son propriétaire.
Je reste à la disposition de toute personne intéressée par une information complémentaire quelconque. f1hfo.barthelemy@free.fr
Et encore merci.
A une prochaine
73
Philippe

Jeudi 4 juin 2020

Bonjour Philippe F1FHO.
Merci pour votre partage d’expérience du dépannage avec l’amélioration des circuits de régulation de votre alimentation Elix.
Je viens de proposer à Albert ON5AM, notre secrétaire du club des radioamateurs de Liège et webmaster de ON5VL.org de composer un petit article technique dont vous être l’auteur en rassemblant les informations de toutes vos recherches et réalisations sur l’alimentation Elix.
Le contenu serait basé sur nos échanges d’emails et les illustrations selon les fichiers joints de votre dernier email.
Merci pour votre accord de partage de vos informations. Cela fait plaisir de rencontrer des OM avec un excellent Ham Spirit par l’intermédiaire de ON5VL.org.

Merci Jean-François,
Étant QRT côté radio, ça me fait plaisir de pouvoir partager mon expérience de passionné.
J’ai fait quelques petites réalisations « originales» , pour le « fun » comme
—  dernièrement pendant le confinement: un mini émetteur PO, utilisant pour s’alimenter, le courant circulant dans la VMC (prélève 5% de la puissance), avec cadre en « fond de panier » rayonnant en permanence, placé au grenier près de mes longs fils d’antenne, pour recréer un signal, la modulation d’amplitude ayant disparue en France mais aussi en Allemagne, et retrouver un signal dans mon poste à galène avec HP Céma placé au salon. En pratique j’ai ajusté la puissance au minimum pour retrouver un signal comparable à ceux reçu avant soit environ 10mW (sur les 100mW maximum). Tout ça avec du matériel de récupération.
—  il y a deux ans, un Theremine à lampes 12AX7, placé dans un coffret en bois (contenant avant des bouteilles de vins).
Il a été exposé dans le hall de mon entreprise pendant une semaine pour que le personnel passant à côté puisse « s’y essayer », j’ai également fait deux fois pendant la pause déjeuner, un petit exposé explicatif.
Là aussi, c’est pour la beauté des circuits visibles quand le coffret est ouvert : j’ai banni les blindages, peut-être pour cela que malgré les précautions avec la distance qu’il y a un couplage « intime» quand les fréquences des oscillateurs sont très proches: quelques dizaines à 200Hz pour une fréquence autour de 750kHz. Problème à résoudre encore : F1CLQ pense que ça peut être un couplage « microphonique  ».
Bonne soirée
A une prochaine
73
Philippe

Illustrations de la réalisation des améliorations sur l’alimentation Elix par F1HFO : (cliquer pour agrandir)

Conclusions :

Voici un exemple parmi tant d’autres d’échanges d’e-mail que nous recevons à ON5VL.org. Nous voulions mettre à l’honneur les OM’s qui partagent avec nous leurs expériences et leur savoir-faire dans un esprit de partage et de Ham-Spirit.

Avec les remerciements à F1HFO de la part des membres de ON5VL.

Vignette et photos : Philippe F1HFO

 par Jean-François Flamée | ON4IJ

(Visité 261 fois, 1 : nombre de visites aujourd'hui)
3+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × cinq =